Velorution : la Mairie reçoit Changer d’Ere

En vue de préparer une commission extra-municipale nous avons été reçu par Monsieur de Lustrac (adjoint aux Déplacements – Transports – Voirie travaux neufs et Nouvelles technologies) et par Monsieur Foucher (ingénieur s’occupant de l’urbanisme), suite à notre lettre ouverte « A pied, à vélo, en auto : mieux partager la rue ! », remise à la municipalité lors de la fête du vélo le 6 juin 2009.

Une commission extra-municipale sur le thème des Déplacements aura lieu fin 2009/ début 2010, cette première rencontre a permis à la municipalité de nous faire part de ses projets, à court et moyen terme, et de les confronter à nos propositions.

A priori, Municipalité et Changer d’Ere partagent les mêmes objectifs : favoriser les transports en commun ainsi que les déplacements doux dans Hyères afin de gagner en qualité de cadre de vie. Si les émissions de CO2, le changement climatique et autres préoccupations écologiques n’ont pas été évoquées, il semblerait cependant que la mutation nécessaire de notre ville en ce qui concerne les déplacements urbains soit chose acquise, en accord avec le PDU établi par TPM.

Les principaux projets abordés ont été les suivants :

  • Le transfert de la gare routière à la gare SNCF, pour une inter modalité en vue du développement des transports en commun ferrés et routier. Une étude aura lieu en 2010. En attendant un parking gratuit a été aménagé sur le terrain de RFF, loué par la mairie. L’extension de la gare routière de Toulon pour accueillir la LGV devrait être bénéfique à notre commune en ce qui concerne les TER (Marseille-Toulon) qui viendraient alors jusqu’à Hyères pour délester les voies de garage de Toulon. Cependant il n’est prévue qu’une voie simple entre Toulon est Hyères.
  • La Mairie est favorable au BHNS de Toulon (alors que nous militons pour le tramway), et projette un réseau BHNS sur Hyères avec un axe N/S et un autre E/O. Ce réseau serait complété par un transport à la demande (avec appel téléphonique 2/3h avant) ) pour les quartiers non desservis. D’ici peu les contrats avec la SODETRAV arriveront à terme et un nouvel appel à marché sera lancé, qui prendra en compte la mutation nécessaire pour développer de façon attractive les transports en commun afin que l’offre réponde vraiment aux besoins. On sait que c’est la qualité du cadencement qui fait l’intérêt et provoque l’adhésion de la population.
  • Un projet « Voie propre » est prévue à l’Almanarre, mais il manque 4 million d’€
  • Deux études sont actuellement en cours avec TPM, elles concernent la presqu’île de Giens ( des compteurs sont actuellement sur les routes) et les macro-déplacements sur la ville. Dans le centre ville la Mairie prévoit de développer des zones 30km/h ainsi que des zones de rencontre (av. Clotis – 20km/h). Elles devraient aboutir début 2010 pour une mise en œuvre au deuxième trimestre 2010.
  • Pour les déplacements vers les écoles, si le transport scolaire marche bien, 80% d’enfants viennent en voiture. Le retrait de la carte scolaire ne va pas dans le sens de diminuer la distance domicile-école. La solution (partielle) de pédibus paraît à la Mairie difficile à mettre en œuvre
  • La voie Olbia : le projet de mise en trémies avoisine un budget de 40 millions d’€…

En ce qui concerne le vélo, les projets sont ceux annoncés dans le n° 117 de septembre – octobre 2008 de Hyères magazine. Outre que le centre ville est le parent pauvre (puisque sont prévues des zones 30 ou de rencontres), certains tronçons de la piste du littoral dépendent du Département et s’annoncent difficiles à mettre en œuvre (par ex. problème d’acquisition de terrains pour la portion « Port St Pierre » : ni la BAN, ni RFF ne veulent céder du terrain ; idem pour la portion des vieux salins). D’autres dépendent de la Communauté d’agglomération. De même la Mairie attend une aide de TPM pour financer des parcs à vélos, qui seront harmonisés avec ceux des autres communes. Au final des procédures longues qui dépendent d’autres instances que communales.

Pour faire avancer ce dossier nous avons avancé des propositions simples et rapides à mettre en œuvre, avec peu de moyens, qui faciliteraient à court terme la vie des cyclistes, favoriseraient leur sécurité et montreraient la volonté municipale de développer ce mode de déplacement dans les trajets quotidiens :

  • Créer des bandes cyclables sur certains trottoirs (av. Gambetta, montée de Costebelle, av. des îles d’or…) : les cyclistes ont déjà tendance à emprunter ces trottoirs, au grand dam des piétons. Pour la sécurité de tous, des habitudes pourraient d’ores et déjà être prises pour une éducation au partage des voies.
  • Mettre en place une signalisation sur les voies piétonnes annonçant que les vélos peuvent y circuler. C’est de fait déjà le cas, mais par manque d’information des conflits apparaissent entre piétons et cyclistes.
  • Renforcer la signalisation dans les zones 30, qui pourraient être étendues sur les voies communales autour de la ville, permettant ainsi plus de sécurité pour les déplacements (vers la mer par ex. ).

 

Nos interlocuteurs se sont montrés favorables à ces propositions comme à toute future collaboration pour avancer des idées, signaler des manques…

La municipalité se veut à l’écoute des citoyens et souhaite développer des collaborations par le biais des associations. Elle invite donc les associations à participer à la commission extra-municipale. Animée d’une volonté de développement des moyens de transports, elle a besoin d’interconnexions avec les autres communes pour avancer au sein de l’Agglomération. Nous regrettons cependant une attitude « attentiste » vis à vis des différentes collectivités (département, TPM…), même si c’est effectivement à des échelons supérieurs que bien des choses se jouent. Mais il manque peut-être une réelle volonté politique municipale sur ces dossiers-là, qui impulserait une mise en œuvre plus rapide. A ce jour, la Mairie ne fournit ni calendrier pour effectuer les améliorations signalées, ni date pour la commission extra-municipale Transports (fin 2009, début 2010 ?). La suite nous dira ce qu’il en est vraiment. Une association comme « Changer d’Ere » avec des actions destinées à faire pression s’avère absolument nécessaire pour que les élus en place adoptent une attitude plus dynamique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *