Un plan de circulation pour les vélos?

A l’occasion de la Fête nationale du Vélo, Changer d’Ere organise une manifestation cycliste. Et comme les années précédentes, nous nous intéressons aux plus jeunes à travers une balade reliant les principaux établissements scolaires de la ville. Puisque les jardins sont aussi en fête, notre circuit se terminera au jardin Olbius Riquier. Nous l’avons intitulé « le 7ème parcours des écoliers : de l’école au jardin ».
Il est grand temps d’en prendre conscience : en ville le cycliste circule dans un environnement hostile de plus en plus agressif (vitesse), voire dangereux. En réaction il s’adapte, se protège (casque), roule sur le trottoir, attache son engin au premier poteau venu.
Tout cela crée des désagréments. L’esthétique de la ville en souffre. L’éthique en souffre. Les rapports humains en souffrent.
Le vivre ensemble n’est pas, à nos yeux, un simple moyen d’éviter l’ennui, mais un besoin essentiel, une condition de survie. Il est urgent d’admettre ce que nous nous devons les uns aux autres. Il est donc tout aussi urgent d’aménager l’espace commun pour permette à chacun d’exister et se construire.
Peut-on continuer à vivre dans et de la solitude lorsque la sensation d’être incompris s’accroit ? N’est-il pas temps de vouloir et pouvoir partager, connaitre les bienfaits de l’entraide, ressentir le pouvoir du collectif, d’explorer ce profond sentiment d’être tributaire de notre environnement et notre entourage ?
Changer d’Ère veut contribuer à une évolution des comportements vers plus de respect, de solidarité entre les acteurs de la voie publique et participer à la création d’un plan de circulation qui s’appuie sur un véritable code de la rue.
Notre intention est bien évidement d’améliorer les rapports de l’être humain à l’environnement. Chacun de nous doit pouvoir s’approprier la ville, la rue ne peut plus être perçue comme un milieu néfaste.
Pour agir sur nos modes de transport, il nous faut faire le choix du moyen de déplacement le plus adapté à nos besoins.
Quelques chiffres :
• En ville, quand la voiture prend une part de 65% des déplacements, le vélo ne représente que 2%. Il y a pourtant près de 20 millions de pratiquants réguliers de la bicyclette !
• En 2014, entre 3,5 et 4 millions de vélos ont été vendus en France.
• Il existe à Nantes, 450 Kms de pistes et bandes cyclables. A Hyères intramuros, ce kilométrage est inférieur à 10 !
Le constat est vite fait : la manière dont l’espace urbain est organisé ne laisse aucune chance à cette envie collective d’utiliser la bicyclette.
Les enjeux d’un autre plan de circulation seraient, en premier lieu, d’améliorer la fluidité de la circulation, réduire les encombrements, les pertes de temps, le stress dû au retard qui se profile. Diminuer l’agressivité envers les autres due à la vitesse. Libérer chacun des problèmes de stationnement.
Mais nous pouvons aussi penser la diminution de la pollution due au CO2 émis par les moteurs comme un vrai défi de santé sociale !
Notre intelligence collective ne pourrait que se réjouir de la progression de la sécurité de chacun. Ou encore d’imaginer la complémentarité des moyens de transport (vélo, train, bus, tramway, bateau, marche à pieds) vers plus d’autonomie…
Rendez-vous le samedi 6 juin, entre 9h30 et 10 heures devant la médiathèque.
Notre parcours reliera les écoles St Exupéry, Excelsior, Guynemer, Les collèges Marcel Rivière, Jules Ferry et Gustave Roux aux lycées agricole et Jean Aicard. Terminus au Jardin Olbius Riquier où des ateliers de gravage de vélo et de fabrication symbolique de parkings à vélo vous attendront. Ainsi qu’un petit rafraichissement convivial !
A cette occasion, nous remettrons à Monsieur le Maire un dossier développant de nombreuses propositions d’aménagement de notre espace collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *