Route du Sel : Changer d’Ere s’engage pour la fermeture du tombolo ouest aux voitures

La presqu’île de Giens est un site remarquable mais fragile, sa protection demande une véritable volonté politique. Suite à l’AG du groupement des CIL, nous défendons une préservation de la presqu’île de Giens qui passe par la fermeture du tombolo ouest aux voitures. Notre position a été développée dans le cadre d’un débat paru dans Var-matin le 20 juin 2009.

« Oui, il est temps, il est grand temps de fermer la route du sel aux voitures.

La situation confine au ridicule : nombreux sont ceux qui appellent à une protection du tombolo mais ne souhaitent pas prendre les dispositions qui s’imposent.

Au-delà, hélas, d’un manque évident de courage politique, il s’agit faute grave qui, par notre égoïsme collectif, peut conduire à la disparition de cette merveille géologique.

Changer d’Ere s’associe à d’autres associations écologistes pour demander la fermeture de ce bras du tombolo toute l’année. Mais cela doit se faire dans la concertation et surtout sur la base d’un projet prévoyant la circulation et l’aménagement de l’ensemble du tombolo (route de Giens et route du sel ensemble).

Nous évoquerons bien sur la fermeture aux voitures qui pourraient trouver une place dans des parkings aménagés aux entrées du tombolo. Pour permettre les déplacements, des navettes électriques pourraient faire la liaison toute les 10 à 15 min sur la route du sel ou, dans un projet plus ambitieux, en desservant aussi la route de Giens. La route du sel serait alors réservée aux piétons et aux vélos pour le bonheur de la population et des touristes. Pour fluidifier le trafic long de la route de Giens : piste cyclable indispensable, limitation de l’accès aux habitants et aux véhicules de secours, transports collectifs efficaces jusqu’au village et à la tour fondue… Un projet qui va dans le sens du Plan de Déplacement Urbain voté par l’ensemble des élus de TPM et qu’il faut commencer à appliquer. Il est urgent d’agir car nous n’aurons bientôt même plus le loisir de poser cette question : Comment préserver un site naturel exceptionnel ? »

Vincent Tessereau, interrogé par Var-Matin

Lire aussi: Intempéries : premier coup de boutoir sur la route du Sel – Var Matin du 17/09/2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *