Habitat participatif : bâtir sa vie autrement !


Détails de l'événement


Avoir un logement qui corresponde à la fois à ses besoins, à ses moyens financiers et à un projet de vie avec ses voisins et son quartier, cela semble extraordinaire à un moment où il est difficile de trouver un logement simplement correct à un prix raisonnable. Pourtant, des expériences montrent que c’est possible.

Un terme nouveau est entré discrètement dans le vocabulaire relatif au logement: le qualificatif «participatif». On le trouve dans la loi ALUR adoptée en février dernier. De quoi s’agit-il?

L’habitat participatif peut se définir comme un groupement de ménages mettant en commun leurs ressources et leurs idées pour concevoir, réaliser et financer leur logement au sein d’un bâtiment collectif ou d’un ensemble de bâtiments. C’est une sorte de troisième voie entre la construction d’une maison individuelle et la location ou l’achat d’un appartement dans un immeuble collectif. On est chez soi, on mène sa vie comme on l’entend tout en partageant des espaces communs avec les autres acteurs de ce projet. En cela, le logement participatif est plus qu’une solution à un problème de logement, c’est aussi une façon de vivre.

L’habitat est aujourd’hui un enjeu de taille : il est responsable de près de 40% des émissions à effet de serre, il ne permet pas une mixité sociale, le cloisonnement entre des zones d’habitations et des zones d’activités nous empêche d’avoir une vie de quartier et entraîne l’inflation des transports (nous parcourons en moyenne 38 km quotidiennement). Enfin, construit en béton de Marseille à Lille, l’habitat devrait pourtant valoriser les matériaux locaux tels que le bois, la pierre ou la terre crue.

L’habitat groupé se veut à contre-courant de l’habitat classique : il est composé d’espaces privés (habitations ou appartements autonomes) ainsi que d’espaces communs (jardins ou salles communes), il prône l’épanouissement de la vie sociale sans affecter l’intimité de chaque individu, il nécessite la volonté de vivre de manière collective, il suppose que les habitants soient les gestionnaires et les acteurs et de leur mode de vie, il intègre une construction qui respecte la santé des habitants et la préservation de l’environnement et il encourage une mixité sociale et générationnelle. Créer un habitat partagé, c’est favoriser en effet les échanges entre citoyens, en faisant du lieu un endroit apprécié par toutes les générations et en prévoyant des espaces communs.

C’est aussi réduire l’impact écologique car le projet implique l’utilisation de matériaux de constructions écologiques (bois, paille, terre cuite), des énergies renouvelables (solaire, éolien) et encourage les transports doux. C’est surtout faire l’expérience de la coopération en stimulant l’adhésion et la participation des membres à la création, la réalisation et la gestion du projet. Cela permet l’accès à un logement de qualité à un prix juste car adapté aux besoins de chacun, en économisant moyens et espaces.

Venez nombreux sans modération : en mise en bouche des Rencontres Nationales de l’ Habitat Participatif à Marseille, début juillet, Hyères s’associe à la Journée Européenne Portes Ouvertes sur l’ Habitat Participatif le 15 mai prochain Ciné-débat le vendredi 15 mai à 20H, au cinéma Olbia à Hyères.  » Habiter autrement , c’est possible »

Deux films sur l’expérience de la ville de Strasbourg et des témoignages européens introduiront le débat :

Comment lutter contre le prix excessif des logements lié à la spéculation immobilière?

Comment rendre le bon voisinage naturel et renforcer les solidarités de proximité?

Quelles solutions alternatives à la maison de retraite pour nos ainés?

Comment construire plus écologique pour lutter contre le réchauffement climatique?…

Ciné débat organisé par l’association MALTAE (Mémoire A Lire Territoire A l’Écoute) avec la collaboration de Changer d’Ère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *