ciné débat : rêver sous le capitalisme


Détails de l'événement


La crise des gilets jaunes l’a vraiment mis en lumière : le capitalisme libéral ne fait plus rêver. Que de souffrances couvées ou larvées dévoilées en quelques semaines ! Au point que le si libéral président Macron a du le reconnaitre : le capitalisme libéral touche à sa fin

La documentariste Sophie Bruneau éclaire la souffrance au travail d’une nouvelle lumière : celle des rêves.

Peut-être avez-vous déjà rêvé que vous assassiniez vos collègues à coups de pelle, ou que vous reviviez, minute par minute, votre journée au bureau, angoisse en sus. Vous en avez alors fait l’expérience : les rêves sont perméables au monde social, qui vous travaille jusqu’au creux de vos draps.

Ce sont ces rêves de souffrance au travail, étonnante matière, que la réalisatrice et anthropologue Sophie Bruneau a choisi d’utiliser pour fabriquer “Rêver sous le capitalisme”.

Douze personnes racontent puis interprètent le souvenir d’un rêve de travail. Ces âmes que l’on malmène décrivent, de façon poétique et politique, leur souffrance subjective au travail. Petit à petit, les rêveurs et leurs rêves font le portrait d’un monde dominé par le capitalisme néolibéral.

Douze rêveurs et rêveuses ont raconté leur cinéma intérieur et joué le jeu de l’interprétation des songes. Cadences intenables, peur de la précarisation, enfermement, humiliations… Ajoutés les uns aux autres comme des perles à un collier, ces récits poétiques et politiques dessinent l’écho nocturne d’un “capitalisme mortifère”

POURQUOI LES RÊVES DE TRAVAIL ?

Les rêves sont des images parlantes. Dans certaines circonstances, la poésie et les figures imagées sont des voies d’accès au réel plus interpellantes, frappantes, que la pensée rationnelle.

Bien sélectionnés, et articulés, à la fois par l’interprétation des rêveurs et un travail de mise en lumière, les rêves sont un moyen de connaissance anthropologique : ils ont la capacité de dire le monde. On rêve différemment selon les régimes politiques a révélé Charlotte Beradt dans son livre “Rêver sous le IIIe Reich” qui, à travers tout un corpus de rêves collectés dans les années 30 à  Berlin, témoigne de la réalité totalitaire en train de se mettre en place.

Et aujourd’hui… que disent les rêves du monde du travail et, partant de là,  de l’époque ?

Ciné débat en présence de la réalisatrice  Sophie Bruneau .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *