Ciné débat: Massilia version Espigoule


Détails de l'événement


Massilia Sound System :depuis  30 ans,  le commando fada développe l’idée qu’on n’est pas le produit d’un sol mais le produit de l’action qu’on y mène.

Avec le film  « Massilia Sound System » que Christian PHILIBERT, l’homme d’Espigoule, a consacré au groupe marseillais, Changer d’Ere s’intéresse à la culture locale. Quel meilleur rapprochement entre musiciens et cinéaste que celui qui veut contribuer à apporter à chacun vivant en Provence cette touche  festive et populaire ? S’il fallait choisir le groupe de musique qui caractérise le mieux Marseille, celui qui a donné de cette ville une image positive, métissée et fraternelle, il s’agirait incontestablement du Massilia Sound System. Indémodable, cosmopolite et inter générationnel, Massilia chante depuis 30 ans sa ville, la fête, l’amour et l’amitié, mais aussi ses colères et ses luttes. 30 années marquées par la volonté de confronter les points de vue, de mélanger les styles et créer du lien social. Leur démarche créative et originale bouscule les cadres et les institutions. Mais elle est salutaire car elle témoigne du refus de l’uniformisation de la culture et de la marchandisation du monde. Tantôt en français, tantôt en occitan, ils chantent la mémoire de la tradition alliée à la diversité et la richesse du monde contemporain. La langue d’oc est utilisée non pas comme un enfermement régionaliste, mais comme un véritable espace de liberté, un outil de création aux possibilités infinies. Pour eux, la musique n’est qu’un moyen, un outil au service d’une seule et même cause : celle de la conscientisation, non seulement politique mais aussi du vivre ensemble, de la tolérance et de l’ouverture sur le monde à l’instar de leur ville, Marseille.

Pour Christian PHILIBERT, réaliser un film « culte » sur un groupe « culte » est un pari risqué, mais passionnant :

« J’avais une vingtaine d’années lorsque j’ai découvert le Massilia Sound System et, comme la plupart des jeunes de mon âge, je n’ai pas pu résister à cette musique qui parlait de «chez nous », avec les mots de «chez nous ». Chose tout à fait nouvelle à l’époque et qui a sans doute influencé la carrière de nombreux artistes du sud. Ma rencontre avec le groupe phocéen était inéluctable. Entre l’esprit d’Espigoule et celui du groupe marseillais, il n’y a qu’un pas. Gaieté, fraternité et convivialité règnent sans partage sur nos univers respectifs. Comme les concerts de Massilia, mes films sont devenus le support d’événements festifs. Ils participent également à rajeunir le folklore, à créer du mythe, du lien social. Comme Massilia, je suis porté par un désir de libérer la parole, de bousculer les tabous, de refuser l’uniformité, le formatage. Comme eux je lutte chaque jour pour acquérir une vraie indépendance. Comme eux, j’ai toujours défendu l’idée de rester et de travailler dans ma région d’origine. Ce projet m’apparaît à la fois comme un acte artistique, citoyen et politique.  Il est naît aussi du refus d’accepter la fatalité et le dictat d’un système qui interdit à un film d’exister sans la participation financière et la puissance médiatique d’une chaîne de télé. M’associer avec Massilia permet de nous soutenir mutuellement. A travers nous, c’est l’expression d’une vraie culture du sud qui se trouve renforcée. Il s’agit enfin de créer un objet filmique original, ludique et fédérateur qui se partage en salles ou lors de soirées événements, qui soit porteur de sens et de valeurs, débordant de joie et de chaleur humaine… à l’image du Massilia Sound System”.

 

Christian Philibert a suivi pendant plus d’un an, sur scène et dans les coulisses, les membres du Massilia Sound System et leur public. Il nous livre un film musical débordant d’optimisme et de générosité, drôle, politique et profondément humain. Une vraie bouffée d’oxygène.

Une soirée en présence du réalisateur à ne manquer sous aucun prétexte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *