Ciné débat : le petit paysan


Détails de l'événement


Pour son premier long métrage, Hubert Charuel, lui-même fils d’éleveur, plonge dans la rudesse d’un univers paysan qu’il connaît bien. Des dizaines de vaches agglutinées en cuisine. Au milieu, Pierre, agriculteur obsédé par son travail, progressivement noyé dans cette marée de taches blanches et noires.

Pour Pierre en effet, rien ne compte plus que ses vaches. Levé à l’aube tous les matins pour la traite, il trime toute la journée entre la pâture et les mille et une tâches de la ferme, sans compter les réveils en pleine nuit pour la mise bas d’un veau… Ce jeune éleveur consacre chaque minute de son existence à son troupeau.

Mais bientôt, certaines laitières sont contaminées par une mystérieuse fièvre hémorragique, la FHD. Le fermier engage alors une course contre la montre pour faire disparaître les animaux infectés et ainsi éviter l’extermination de son cheptel par les services sanitaires.

De ce portrait d’agriculteur au bord du gouffre filtre une tendresse digne de Raymond Depardon. Un lien viscéral à la terre et aux animaux tricoté au ras des pelages. Dans cette exploitation à dimension humaine, où les bovidés font partie de la fratrie, affleure aussi la critique d’un autre modèle : celui du productivisme acharné choisi par un des amis de Pierre faisant traire ses laitières par des machines. On pense à la concentration extrême et à l’élevage intensif de la ferme des milles vaches. Dans une époque qui va à vau-l’eau, Hubert Charuel cultive un hommage touchant aux valeurs paysannes.

Débat animé par Isabelle Ivol et Yannick Pailler de la Confédération Paysanne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *