Ciné débat : LE MOINDRE CENTIME


Détails de l'événement


Ciné débat : « Le moindre centime », en présence du réalisateur Benjamin Serero.

jeudi 9 avril, 20 heures, Cinéma Olbia, Hyères

J’ai écrit les mots « le moindre centime » dans la case.
Instantanément, un célèbre moteur de recherche m’a proposé trois articles absolument indispensables pour décrire l’état du monde dans lequel nous vivons.
Le premier s’intitulait : « Sarkozy nie avoir reçu le moindre centime des Bettencourt ». Dans le second Claude Evin déclarait : «Je n’ai jamais touché le moindre centime de Cahuzac». Le troisième s’intitulait : « Entrez dans la compétition sans investir le moindre centime ».
Et puis il y avait encore la possibilité de consulter des articles comme « Combler les fuites : optimiser le moindre centime » ou « Emprisonné à tort pendant 13 ans, il n’obtient pas le moindre centime de la justice ».
Vous comprendrez sans doute ma perplexité.
Car pour moi, depuis quelques temps déjà, « LE MOINDRE CENTIME » est un documentaire d’Erika Haglund et Benjamin Serero qui ont eu l’idée saugrenue de suivre une assistante sociale pendant une longue période dans son travail ordinaire.
Martine reçoit donc, chaque jour. Sur le bureau de Martine, ils viennent poser une demande de bons alimentaires, une facture impayée. Ils racontent le chômage, la difficulté à élever leurs enfants et parfois leur colère.
Les saisons passent. On marche, on roule, on avance sans avancer. La chorale, le karaté, un emploi saisonnier. ..Pour eux, chaque jour est un jour de lutte.
Extrait :
« — Vous avez droit à un RSA estimé ce jour à 402 euros en plus de vos prestations familiales.
— Mais on vit comment avec ça ? Là franchement ça me fait vraiment peur. C’est pas peur pour moi, c’est peur pour mes enfants. Déjà ils ont pas grand chose, mais ce coup-ci je leur coupe tous les vivres. Je sais que vous y êtes pour rien, c’est la loi française. »
Vous comprendrez aisément la thématique : le portrait, l’exclusion, la solidarité, le travail… Une sorte de pot-pourri de vie ordinaire. De celle qui se déroule là sous nos yeux et dont on ne perçoit pourtant plus toute l’intensité.
Martine, elle, connaît presque tous les habitants de Ham. Parce que la plupart des familles ont eu besoin de son aide un jour ou l’autre.
En la regardant travailler, nous sentons avec encore plus de force la nécessité nous pencher sur ces situations de pauvreté économique auxquelles elle est quotidiennement confrontée.
Comment continuer à vivre ensemble sans se voir ? Comment une sur-information peut-elle ainsi détourner notre attention de l’essentiel ?
L’essentiel est là, pour vous, pour nous, pour nous tous, le jeudi 9 avril, 20 heures, au cinéma Olbia. Ne le manquons pas une seconde fois.

http://dublinfilms.fr/portfolio/le-moindre-centime/

Benjamin Serero   Benjamin Sereeo, réalisateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *