ciné débat : Déplacer les montagnes


Détails de l'événement


Déplacer les montagnes, un film à la croisée des chemins d’exil et d’hospitalité entre les montagnes du Briançonnais.

 

Anne, Yves, Fanfan, Max et Alia habitent les vallées alpines. Les chemins de l’exil ont conduit Ossoul, Abdallah, Ali et Boubacar dans ces montagnes qui sont à la fois frontière et refuge.

Comment se rencontrent-ils ? Quels sont leurs rêves, leurs colères et leurs espoirs ? Comment tentent-ils de déplacer des montagnes ? Dans leurs récits et dans les moments de fraternité qu’ils partagent, s’esquissent des réponses et d’autres interrogations…

Dans nos montagnes, là où nous avons choisi de vivre, nous voyions des espaces de liberté, des cols, des passages et des invitations au voyage.

Nous avons vu une frontière se dessiner, de la violence contre les personnes exilées, des drames et des élans de solidarité. Nous avons vu des portes s’ouvrir, des liens se nouer à la croisée de ces chemins d’exil et d’hospitalité. 

Nous avons eu envie de faire raconter cette aventure par les ceux qui arrivent et ceux qui les accueillent. Parce que cette histoire de rencontres dit quelque chose de nous et du monde dans lequel nous vivons. 

On ne peut mieux résumer le documentaire « Déplacer les montagnes » que par ce court texte des réalisatrices, Isabelle Mahenc et Laetitia Cuvelier, qui ont filmé, pendant près de deux ans dans le Briançonnais, depuis l’ouverture du premier Centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Briançon en 2015, les échanges avec de jeunes exilés et les bénévoles qui les accueillent, leur ouvrent leur porte et leur offrent leur temps et leur amitié.

Certains de ces réfugiés viennent de Calais, d’autres arrivent d’Italie par les routes et les cols de montagne. La solidarité s’organise au jour le jour : un appel téléphonique pour demander d’accueillir deux jeunes migrants trouvés mal en point dans la neige, « tu peux t’en occuper ? et voilà, c’est aussi simple que ça… » ; on les nourrit, on les réchauffe, on les loge, on les rassure surtout. Ce sont ces rencontres non prévues dans la vie des uns et des autres, ces nouveaux rapports qui se créent, que nous font partager les réalisatrices.

Débat avec Laétitia Cuvelier, réalisatrice du film, qui sera présente lors de la projection, et l’association Migrants83.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *