Ciné débat : dans le sous bois des insensés


Détails de l'événement


 

Dans le sous bois des insensés, une traversée avec Jean OURY.

Depuis la clinique de La Borde qu’il a créée en 1953, Jean Oury raconte une vie passée à accueillir la folie. Ce film-entretien nous entraîne au plus proche de la pensée de celui que Pierre Delion qualifiait de “plus grand connaisseur vivant de la psychose”.

Par la richesse simple de ses mots, la douceur de sa voix, par la délicatesse de sa présence, il transmet avec évidence la complexité d’une pensée toujours élaborée au plus proche d’une pratique clinique quotidienne, accessible à chacun car elle n’est jamais figée dans un savoir théorique. Colères, humour et impertinence alternent tout au long de ces entretiens passionnants, tournés peu avant sa mort, le 15 mai 2014. Témoignage précieux d’un des acteurs majeurs de la psychiatrie du XXe siècle, ce film nous invite à partager la qualité d’une rencontre dont les enjeux excèdent de toute part le champ clinique et nous rappelle à une essentielle reconquête d’humanité

La psychothérapie institutionnelle est étroitement associée au nom de Jean Oury, du fait de sa pratique et de ses théorisations concernant les psychoses. À ce titre, le film est important. Mais il est tout aussi important du point de vue politique.

Les psychotiques sont souvent relégués au rang des indésirables et mal-traités. Or ce film, cette rencontre, nous invite à mettre en regard la dite « folie » de certains et la folie de nos sociétés, en nous donnant des outils de réflexion pour réagir contre celle-ci.

Témoigner des mouvances de psychothérapies et pédagogies institutionnelles n’est pas vain, puisque le nom même de la chose, ses références majeures (politiques, psychanalytiques), les trajectoires de ses figures porteuses, son acteur le plus médiatisé, sont en passe de devenir inconnus, innommés, inidentifiés…

Un ciné débat citoyen pour construire une nouvelle transmission et combattre ainsi l’héritage séquestré dans la béance dans nos mémoires.

Débat en présence de Martine DEYRES, la réalisatrice, et François OURY ,psychiatre et neveu de Jean OURY.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *