Conférence sur les perturbateurs endocriniens


Détails de l'événement

  • Date:
  • Lieu: La Coupole

Une action de « transparence ».

Voilà la raison invoquée par le ministère de la transition écologique et solidaire pour publier deux listes de « produits pesticides contenant une substance identifiée comme perturbateur endocrinien ». Ces longs tableaux ont été mis en ligne assez discrètement le 13 juillet dernier, « afin que les citoyens, agriculteurs et professionnels puissent, en l’attente de l’entrée en vigueur concrète de l’exclusion européenne, orienter leurs choix d’achats ».

Y figurent les noms de près de 600 insecticides, herbicides et fongicides à usage agricole et d’environ 1 000 biocides (pesticides à usage domestique – de la poudre antifourmis au produit de protection du bois contre la moisissure).

Le système endocrinien regroupe les organes qui sécrètent des hormones : thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse… Il libère ces médiateurs chimiques dans la circulation sanguine pour agir à distance sur certaines fonctions de l’organisme comme la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le développement cérébral, la reproduction… Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement habituel de l’organisme en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones. Ces molécules se caractérisent donc par un effet toxique non pas direct, mais indirect, via les modifications physiologiques qu’elles engendrent.

Aujourd’hui, on connaît plus précisément les mécanismes d’actions de ces substances. Selon le produit considéré, ils vont :

  • modifier la production naturelle de nos hormones naturelles (œstrogènes, testostérone) en interférant avec leurs mécanismes de synthèse, de transport, ou d’excrétion ;
  • mimer l’action de ces hormones en se substituant à elles dans les mécanismes biologiques qu’elles contrôlent ;
  • empêcher l’action de ces hormones en se fixant sur les récepteurs avec lesquels elles interagissent habituellement.

En découle un certain nombre de conséquences potentielles pour l’organisme, propres à chaque perturbateur endocrinien : altération des fonctions de reproduction, malformation des organes reproducteurs, développement de tumeurs au niveau des tissus producteurs ou cibles des hormones (thyroïde, sein, testicules, prostate, utérus…), perturbation du fonctionnement de la thyroïde, du développement du système nerveux, modification du sex-ratio…

Une enquête récente de 60 millions de consommateurs consacrée aux enfants sur tout le territoire national a répertorié, en moyenne, 34 molécules présentes sur chaque enfant ! les résultats suggèrent que tous les petits français, qu’ils vivent en milieu urbain ou en milieu rural, seraient contaminés.

Il est donc temps de s’attaquer à ce risque sanitaire majeur et de tout mettre en œuvre pour limiter notre exposition à ces produits.

Le groupe de réflexion sur les perturbateurs endocriniens et l’association “Changer d’Ere” organisent une conférence sur les perturbateurs endocriniens le vendredi 27 octobre 2017 à partir de 18h30 à La Coupole à Hyères.

Conférencier : Joël P. GRILLASCA Professeur à l’Université de Toulon – Biologiste – Généticien.

La conférence sera suivie d’un repas pour ceux qui veulent profiter de l’occasion de rencontre. Pour prise de contact, par le lien suivant :

https://www.facebook.com/events/2041449109410610/?acontext=%7B%22ref%22%3A%2229%22%2C%22ref_notif_type%22%3A%22plan_user_associated%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D&notif_id=1508223328373495&notif_t=plan_user_associated&ref=notif

ou par mail :
bernezet.christian@gmail.com (pour contacter le groupe de réflexion)
alberigo2@wanadoo.fr (pour contacter changer d’ère)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *