D’où vient l’eau des robinets à Hyères?

Le service public d’alimentation en eau potable comprend les unités de distribution suivantes : Hyères-Continent − Île de Porquerolles − Île de Port-Cros.
Pour Hyères continent, l’eau a plusieurs provenances.

La ville possède 2 stations de pompage dans la nappe phréatique du Gapeau ( forages de 16 m de profondeur environ)

De plus, elle adhère au syndicat intercommunal d’alimentation en eau des communes de la région est de Toulon  à qui elle achète de l’eau en provenance du Trappan, de Carces ou de la société du canal de Provence (en cas de besoin : sécheresse ou pollution passagère).
Les eaux achetées ont un débit de base minimal permanent pour éviter la stagnation dans les conduites. D’où un abonnement minimum obligatoire au syndicat. Ces eaux sont mélangées dans les réservoirs de stockage et sont ensuite distribuées aux abonnés par le délégataire. .

20140504usine pere eternel_151652                  20140504_152145

Usine du père éternel vue ouest                                         Usine du père éternel Vue est

Ces eaux ne nécessitent pas de traitement particulier. Elles subissent uniquement une chloration à visée antiseptique et, depuis peu, une ozonisation afin diminuer les quantités de chlore. ( L’objectif étant de stopper la chloration trop toxique).
Le traitement a lieu dans l’usine du père éternel pour les eaux venant de l’est. Au Fenouillet pour celles venant de l’ouest. Ceci pouvant expliquer quelques différences de composition de l’eau des robinets se trouvant à proximité de ces 2 usines.

Étant donné l’expansion continue de la ville et sa surpopulation estivale, il y a  sur-exploitation de la nappe phréatique. En été, sa réalimentation naturelle est insuffisante. Son niveau baisse, l’eau de mer remonte, augmentant la salinité et obligeant à arrêter les pompages et à acheter de plus en plus d’eau au syndicat intercommunal. Heureusement, pendant l’hiver les niveaux remontent, ce qui pose des problèmes au niveau de l’aérodrome !
Ainsi, ce n’est pas la nappe phréatique qui s’épuise. Ce sont les prélèvements qui sont supérieurs aux possibilités de renouvellement naturel estival. Le fait que les niveaux redeviennent normaux au printemps suivant montre que la nappe est encore pleine. Trop pleine au goût des aviateurs (des projets de réfection des pistes sont en cours).

On voit sur la photo en haut de page, la représentation violette du biseau salé qui remonte à l’intérieur de la nappe en suivant un trajet aérodrome vers golf hôtel.
Ce trajet peut s’expliquer par l’aspiration induite par les pompages de l’aérodrome qui veut garder ses pistes au sec et par les pompages toujours plus importants du golf hôtel et du père éternel.

C’est pour lutter contre ce phénomène que les experts des 2 derniers délégataires de la gestion municipale de l’eau cherchent des solutions. Nous en reparlerons dans un autre article.

Ceci met en lumière un problème capital : combien d’habitants permanents Hyères peut-elle contenir ?
Et quelle quantité de touristes peut-elle supporter ?

 

Alain VITIELLO

le 2 mai 2015

Vous trouverez tous les articles d’Alain Vitiello sur son site: http://avitiello.free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *