Des abeilles et des hommes …

En quelques jours, nos sénateurs, varois en tête, viennent de démontrer que pour eux aussi, l’écologie, ça commence à bien faire … successivement, ils se sont opposés à l’interdiction totale des insecticides tueurs d’abeilles puis ont refusé l’objectif, pourtant modeste, de 20 % de bio dans les cantines en 2020. On peut légitimement penser que les députés rétabliront ces deux textes lors du passage à l’assemblée nationale ;  Cela montre cependant que, si la majorité actuelle a peu pris en compte  l’écologie dans son action,  il y a tout à craindre de la démagogie anti écologique d’une grande partie de l’opposition.

Démagogie  qu’on a pu voir à l’oeuvre aussi, près de chez nous, lors des votes sur l’extension de l’aire d’adhésion du Parc National de Port – Cros, refusée par les maires de La Londe, du Lavandou ou de Carqueiranne. Pour ces élus,  l’environnement  n’est une contrainte dont il faut s’affranchir.

La ville d’Hyères elle a fait le choix du développement du Parc et on ne peut que soutenir ce choix. Pour autant elle est loin d’être exemplaire sur le plan écologique, au vu de ses atouts.En présentant le projet de Plan Local d’Urbanisme local, le Maire déplorait que l’exercice soit compliqué au vu des contraintes d’environnementales C’est vrai mais il faudrait aussi souligner que ce sont ces contraintes qui  font l’attrait même de la ville : littoral, tombolo, vallée verte du Gapeau, massifs forestiers, plaine agricole (ou ce qu’il en reste) : des risques, mais surtout des atouts à valoriser.

Alors l’écologie, contrainte ou richesse ? Notre  flamant  a choisi : d’ailleurs il roule en vélo, mange bio et se chauffe au solaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *